Appel à témoignages

pour en finir avec les contrôles au faciès

Appelez notre hotline

Vous avez été la cible d’un contrôle policier que vous considérez
comme non justifié et motivé par votre apparence, aussi appelé « contrôle au faciès » ?

Vous avez été témoin d’un contrôle au faciès ?

Contactez-nous.

06 83 60 58 27

Une initiative lancée par la Maison pour un développement communautaire et solidaire (MDCS),
soutenue par Amnesty International, Human Rights Watch, Open Society Justice Initiative, REAJI, Wesign.it

Qui sommes-nous ?

Des associations de défense des droits humains qui souhaitent obtenir des décisions de justice condamnant l’État pour « contrôle d’identité discriminatoire ». Le 9 novembre 2016, trois personnes ayant subi des contrôles d’identité discriminatoires ont définitivement gagné leur recours contre l’État suite à une décision de la Cour de Cassation. Mais cela n’a pas suffi pour que le gouvernement s’engage à faire cesser cette pratique discriminatoire. Une fois que l’État aura été condamné 5 fois, 10 fois, 100 fois, le ministère de l’Intérieur devra sortir de sa posture de déni sur le fait qu’il existe bien en France des pratiques de discrimination raciale réalisées par des policiers, fonctionnaires de l’État.

Pourquoi appeler ?

Pour que les personnes victimes ou témoins de contrôles au faciès puissent parler de leur expérience et, si elles le souhaitent, participer à des actions pour mettre fin aux contrôles au faciès en France !

Est-ce que je peux appeler anonymement ?

Bien sûr et c’est vous qui déciderez de garder le contact avec les animateurs de cette hotline ou non ! Votre numéro de téléphone ne sera pas conservé sauf si vous donnez votre accord.

A qui vais-je parler ?

En appelant ce numéro de téléphone, vous serez en contact avec l’un des responsables de la Maison pour un développement communautaire et solidaire (MDCS).

C’est une association basée dans le quartier de Belleville à Paris (11e-20e) qui est engagée depuis sa création contre les discriminations à l’encontre des personnes noires et arabes, ou perçues comme telles.

Elle a activement participé à plusieurs actions en justice, qui ont permis de faire condamner la France pour « discrimination raciale » dans le cadre de contrôles au faciès (Cour de Cassation, novembre 2016) et pour « violences policières » contre des jeunes du 12e arrondissement de Paris (Tribunal de Grande Instance de Paris, mars 2018).

Votre interlocuteur pourra :

  • répondre à des questions concernant les droits des citoyens en cas de contrôle que vous estimez injustifié.
  • vous expliquer les possibilités de recours judiciaire pour faire valoir vos droits.